26 grande rue
37370 Neuvy le Roi

Tel :
02 47 48 32 70

Etablissement vétérinaire
 Le Pennant Bleu
Acidose chez la vache
L'acidose se caractérise par une diminution du ph du rumen liée à une augmentation de la consommation de concentrés au détriment des fibres. Les troubles sont provoqués par la perturbation de la microflore du rumen aboutissant à la formation excessive d’acide lactique et à son accumulation dans l’organisme.
Reconnaissance de l'affection
Acidose lactique chronique :
 
Elle fait suite à une erreur de rationnement (ration hyper-énergétique et/ou pauvre en fibres) ou elle peut être secondaire à l’acidose aiguë. 

L’expression clinique est frustre. Seules les performances zootechniques des animaux sont modifiées. Les complications de fourbure sont fréquentes.  

Quelques éléments se retrouvent fréquemment : perte d’appétit, bouses molles, diminution de la production laitière, perte d’état corporel. Plusieurs animaux sont classiquement concernés. 


Acidose lactique aigue :
 
Survenue brutale de l’affection à la suite de l’ingestion de céréales en quantité trop importante ou sans transition (souvent origine accidentelle). 

Très rapidement après l’ingestion des concentrés, l’animal cesse de s’alimenter et s’abreuve à l’excès. Dans les 24 heures qui suivent, l’animal est prostré et refuse toute nourriture.  

Au début de l'affection : 
  • Le rumen conserve d’abord sa motilité. Celle-ci diminue progressivement (pH 5) puis s’arrête (pH 4 à 4,5),

  • météorisation gazeuse, douleurs abdominales,

  • grincements de dents - expression de la douleur.

Phase détat de l'acidose :

L'acidose métabolique entraine :
  • augmentation de la fréquence respiratoire,

  • tachycardie,

  • démarche chancelante,

  • trémulations musculaires,

  • décubitus (vache couchée).

Etat de déshydratation dans les 24 - 48 heures :
  • déshydratation importante (œil creux),

  • abattement,

  • diarrhée profuse, nauséabonde.

Evolution vers la mort :

L’acidose aiguë évolue vers la mort dans les cas suraigus ou lorsque le traitement est effectué trop tardivement. Parfois des chocs endotoxiniques peuvent entraîner des phénomènes de mort subite.

Mesures sanitaires 
Alimentation : 
  • Eviter l’ingestion trop importante de glucides fermentescibles,

  • Contrôler et fractionner la quantité de concentrés, de céréales, de pommes…,

  • Apporter suffisamment de fourrage (foin et paille).

  • Eviter les changements brusques de régime alimentaire

  • Abreuvement suffisant

  • Apport en bicarbonates de sodium ou en énergie (matières grasses)

Prévention d'accidents :
  • Prévenir l’accès des bêtes aux stocks de concentrés ainsi qu’aux champs de céréales.

Modalités de mise en œuvre et précautions à prendre en cas de traitement médicamenteux
Traitement de l'acidose clinique :
Type de traitement : 
  • Corriger l’acidose intra-ruminale et prévenir la production d’acide lactique (bicarbonate de sodium par voie orale).

  • Rétablir l’équilibre hydroélectrique et maintenir le volume circulant du sang :
     
       • lutter contre l’acidose métabolique par injection IV d’une solution de bicarbonate de Sodium ou drenchage.  

       • corriger l’hypocalcémie et l’hypomagnésémie par injection IV de solutions de Calcium et de Magnésium.  


  • Restaurer la flore microbienne : 

       • apport de jus de rumen.  


  • Rétablir la motricité du rumen et le transit digestif : 

       • apport d’huile de paraffine (100 ml pendant deux jours), 

       • parasympathicomimétiques. 


  • Lutter contre les complications : 

       • ruminites, 

       • fourbures,  

       • choc endotoxinique, 

       • surinfections (antibiothérapie parentérale avec Pénicilline-Streptomycine ).
     
       • nécrose du cortex (apport de vitamines B). 


Efficacité du traitement :
  • Sous 8 jours : 

    • Reprise de l’appétit. 

    • Bouses à consistance normale. 

    • Bon état général de l’ensemble du troupeau. 


  • Sinon :  

    • Revoir la ration. 

    • Appeler le vétérinaire traitant. 

Gestion de l'acidose chronique :
  • Evaluation zootechnique des performances, 

  • Bilan de la ration alimentaire.

Cette démarche doit se faire en concertation éleveur/vétérinaire/techniciens de l’élevage.

Critères d'alerte devant déclencher l'appel du vétérinaire
  • Accès accidentel des bêtes à un stock de concentrés,

  • Diminution de la mobilité, léthargie, troubles locomoteurs – Animaux couchés,

  • Diarrhée profuse.

  • Suspicion d’acidose chronique.